Les Chroniques de VJC

28 janvier 1921...Inhumation du soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe !

En février 1806, Napoléon 1er ordonne la construction d'un Arc de triomphe pour commémorer les victoires de ses armées. Le site de la place de l'Étoile est finalement choisi par l'empereur. La première pierre du monument est posée le 15 août 1806. Les plans retenus sont ceux de l'architecte Chalgrin. A la fin de 1813, l'arc atteint 19 mètres de haut. Les évènements de 1814 remettent tout en question. Sous la Restauration, les travaux sommeillent. Louis Philippe, devenu roi des français en 1830, décide de redonner vie au projet. Les travaux reprennent et l'arc de triomphe, dédié aux Armées de la Révolution et de l'Empire, est rapidement terminé par l'architecte Guillaume Abel Blouet. Il est inauguré le 29 juillet 1836.

Les proportions sont énormes : l'Arc de Triomphe mesure 49 mètres de haut et dépasse 45 mètres en largeur. L'Arc des deux grandes façades atteint 20,50 mètres de hauteur pour une largeur de 14,50 mètres. Les façades transversales sont percées d'un arc haut de 19 mètres sur une largeur de 8,50 mètres. La grande frise qui tourne sur les quatre faces représente les grands personnages de la Révolution et de l'Empire, ou encore, le retour des armées d'Italie ou d'Egypte.

En novembre 1916, alors que la terrible bataille de Verdun est dans tous les esprits, François Simon, président du "Souvenir Français" de Rennes et de l'Escorte d'honneur, émet l'idée que la France honorerait, au Panthéon, un soldat mort bravement pour la patrie. "Pourquoi la France n'ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l'un de ses combattants ignorés mort bravement pour la Patrie, avec, pour inscription sur la pierre, deux mots : UN SOLDAT, deux dates : 1914 -  ?

Le 12 novembre 1919, le Parlement décide que les restes d'un des soldats non identifiés morts au Champ d'Honneur au cours de la guerre seront inhumés sous l'Arc de Triomphe. Huit corps de soldats français non identifiés, choisis sur Les différents secteurs du front ( Sur les huit champs de bataille les plus meutriers : Lorraine, Verdun, Champagne, Chemin des Dames, Ile-de-France, Somme, Artois, Flandre. ndvjc ), sont alors transportés dans la citadelle de Verdun. Le 10 novembre 1920, à 15 heures, le soldat Auguste THIN ( deuxième classe au 132ème régiment d'infanterie ), fils d'un combattant lui-même disparu au cours de la guerre, désigne le cercueil n°6, par le dépôt d'un bouquet de fleurs, le cercueil qui doit être amené à Paris ( Il expliquera son choix en affirmant qu’il a voulu rendre hommage à son régiment (132ème) en additionnant tous les chiffres (1+3+2).ndvjc ) .

Le 11 novembre 1920, au matin, après une cérémonie au Panthéon, le cercueil est déposé dans une des salles de l'Arc de Triomphe aménagée en chapelle ardente. Dans la capitale, les cérémonies s’achèvent vers 19 heures, le cercueil du soldat inconnu est installé au sein du pilier gauche de l’Arc de triomphe, en attendant que la tombe soit creusée sous la voûte. Un piquet d’honneur montera la garde nuit et jour. Creuser cette fosse n’est pas chose facile. En effet, lors de l’édification de l’Arc, il avait fallu beaucoup renforcer le sol pour supporter le poids de l’imposant édifice. Et ce n’est que le vendredi 28 janvier 1921, à 8 h 30 qu’à lieu l’inhumation définitive. Le cercueil, descendu de la chapelle ardente où il reposait depuis deux mois, est porté devant la fosse par des poilus du 1er régiment du génie.

Le 28 janvier 1921, le cercueil du Soldat Inconnu est inhumé au centre de l'arche principale, face aux Champs Elysées. la flamme sacrée sous l'Arc de Triomphe fut ainsi allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 à 18 heures par André Maginot, ministre de la guerre, tandis que les troupes du 5e RI présentaient les armes et que la musique jouait la Marche funèbre de Chopin. Depuis cette date, la Flamme ne s'est jamais éteinte. Chaque soir, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d'associations d'Anciens Combattants ou d'associations dont le civisme est reconnu (telle que la Croix Rouge). Le cérémonial n'a jamais cessé, y compris pendant l'occupation ( Durant l'Occupation, les troupes allemandes défilèrent sur les Champs-Elysées mais en contournant l'Arc de Triomphe pour ne pas passer sur la tombe du Soldat inconnu.ndvjc ), entre 1940 et 1944.

C'est naturellement vers elle et vers la Tombe du Soldat Inconnu que le 11 novembre 1940, les lycéens et les étudiants parisiens se tournent. Leurs cortèges défient l'occupant. La Flamme sous l'Arc de Triomphe ne manque d'évoquer pour certains la Flamme de la Résistance dont parlait un certain Charles de Gaulle. De nos jours, le Tombeau du Soldat Inconnu et la Flamme du Souvenir symbolisent pour tous les français mais aussi pour tous les touristes du monde entier le sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de batailles. La Flamme du Souvenir symbolise également l'hommage rendu à ceux qui ont donné leur vie, pour qu'aujourd'hui nous puissions vivre dans un pays libre. Enfin, depuis les jours tragiques de l'occupation, le symbole de la Flamme s'est enrichi d'une charge nouvelle, celle de l'espérance dans l'avenir et de foi dans le destin de notre Pays. 

Participer à l’œuvre de mémoire, c’est aussi commémorer les événements qui ont marqué notre histoire et honorer ceux qui ont donné leur vie pour notre Patrie. Gisant sous l'arc de triomphe depuis 1920, il symbolise les 1.430.000 soldats français morts durant la Grande Guerre. La plupart des pays alliés de la France pendant cette guerre ont créé un « soldat inconnu ». L'Allemagne, puissance vaincue à l'issue de la Première guerre mondiale, n'a pas de « soldat inconnu ».

Publié le 28/01/2018

© 2010 - 2018 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios